Les voyages de l'Arcadia

2970. Alors que la coalition Gaia tente de préserver la Terre, un vaisseau refuse de se soumettre à son autorité, et fonde alors la résistance. Forum de Rôle Play (rpg) sur l'Univers d'Albator. Venez écrire avec nous !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La nuit, tous les boulets sont gris [Pv le truc moche au nom commençant par un Y] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyu
Chef infirmerie
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 18/01/2014
Localisation : À côté du frigo

Feuille de personnage
Camp: Arcadia, depuis maintenant jusqu'à ma mort.
Rôle au sein du vaisseau: Soigneuse
Ambition: Trouver la planque de chocolat du capitaine et la vider

MessageSujet: La nuit, tous les boulets sont gris [Pv le truc moche au nom commençant par un Y] [Terminé]   Sam 25 Jan - 16:07

Patachou, (fraichement renommé depuis la remarque très justifiée d’Eirin sur son identité masculine), escaladait prudemment l’espèce de tas de couvertures qui lui servait de maîtresse.
Il savait à peine mettre une patte devant l’autre sans faire des noeuds avec et se casser la figure, mais là, c’était une question de vie ou de mort.
Bon, une question de bouffe, de fait. Sa gamelle de pâté était vide depuis vingt minutes au moins, et toujours personne n’avait réagi malgré ses «Miiii» désespérés.
Patachou avait arrêté le biberon quelques jours auparavant, et il goûtait désormais aux joies des sushis et des croquettes.

Déséquilibré, il roula sur le côté avant de réussir à remettre ses pattes noires sous son petit ventre et de se hisser dessus.
D’un bond agile et calculé, il s’approcha du visage de sa maîtresse endormie, réfléchissant au meilleur moyen de la tirer du lit en vitesse. Il lui lécha gentiment le visage pour lui faire comprendre qu’il avait faim, sans en tirer aucune réaction.
Lyu grogna et se retourna dans son sommeil, manquant d’écrabouiller la pauvre bestiole qui n’avait rien vu venir. Passablement frustré, Patachou revint à la charge, et, comme la soigneuse dormait la bouche ouverte en bavant un peu, il trouva très drôle de mettre ses pattes dedans.
Juste pour voir.
La réaction fut immédiate. La guérisseuse bondit comme si elle avait reçu un coup sur la tête, et attrapa le chaton à bouts de bras pour l’éloigner de son visage.

-Chouqu... Patachou, grogna-t-elle, pas encore habituée à son nouveau nom. Beurk, t’es plein de poils !

S’il en avait eu la possibilité, le chaton l’aurait regardé avec ironie. Ben oui, les poils, c’était plutôt courant chez un chat.

-Kestuveu ? demanda-t-elle en baillant, pas réveillée.
-Miiiiiiiiii répondit Patachou.
-À bouffer, traduisit Lyu.

La tâche n’avait rien de difficile. Patachou ne s’intéressait de toute façon pas à grand chose d’autre qu’à sa pâté, et on pouvait deviner au nombre de «i» de son miaulement depuis combien de temps il n’avait rien mangé.
Là, vu comment il insistait... Minimum dix-sept minutes. Le pauvre bout de chou devait être au bord de l’hypo-glycémie.
Lyu, pieds nus et en chemise de nuit, émergea lentement de sa cabine, tituba jusqu’à la porte de l’infirmerie, et tapota comme elle put la combinaison sur les touches colorées.
Mauvais code.
En baillant à s’en décrocher la mâchoire, elle reprit plus doucement, en veillant à ne pas appuyer sur les mauvaises touches malgré sa fatigue. Il devait être deux heures du matin, et le vaisseau était silencieux et dés...

-Elle est là ! hurla quelqu’un sur sa droite.

Elle vit Yattaran suivi de Treps et Thos, courir dans sa direction. Yattaran pointait un doigt vers l'extrémité du couloir, et instinctivement, Lyu suivit du regard la direction indiquée, histoire de voir après qui ils pouvaient bien en avoir, surtout à cette heure.
Aussi fut-elle très surprise, quand l’un des deux géants l’attrapa par la nuque et la souleva du sol avec brutalité. Elle battit inutilement des jambes tandis que l’homme la secouait comme une chiffon.

-Maiiiiis, protesta-t-elle en tremblant. Qu’est-ce qu’il se passe ?
-Miiiii ! approuva le chaton, qui avait très envie qu’on lâche Lyu histoire qu’elle lui donne ses croquettes.

Avec violence, Yattaran ouvrit la porte de l’infirmerie, et shoota dans le pauvre animal, qui vola à travers la pièce. Le second claqua la porte avec violence.

-Fais pas l’innocente ! cracha-t-il, ses yeux lançant des éclairs. Ah, c’est qu’elle nous aurait bien eu, l’autre idiote, avec ses grands yeux, hein ? Regardez comme je suis mignonne, regardez comme je suis gentille, moi la petite soigneuse. Allez avoue ! Tu bossais pour Gaia depuis le début ?
-Mais... Mais quoi ?
-C’est ça, aggrave ton cas, sale traîtresse !
-On la met où, Chef ? demanda Thos.
-Si ça n’avait tenu qu’à moi, on l’aurait passé par dessus bord direct ! cria Yattaran, hors de lui.

Les deux hommes avaient l’air plus embêtés. Ils aimaient bien Lyu, surtout Thos. Mais les ordres étaient les ordres.

-Le capitaine a dit : foutez-là dans une des petites cellules. Alors allez-y, et que ça saute !

Treps le décolla du sol, et la traîna derrière lui dans le couloir métallique. Lyu gémit :

-Mais je n’ai rien fait ! Je ne sais même pas de quoi vous parlez !
-Ferme-là ! lui intima Yattaran.

Elle avait même un témoin. Patachou pouvait confirmer à tout le monde qu’elle n’avait pas bougé de sa cabine ! Et par ailleurs, son rêve avec les licornes était bien sympathique, et elle aurait apprécié qu’on la laisse y retourner.
Elle n’arrivait même pas à croire ce qui lui arrivait. Elle avait même fini par penser que deux mois après son arrivée sur l’Arcadia, plus personne ne lui reparlerait jamais de Gaia. Apparemment, elle s’était trompée.

-Maiiis... répéta-t-elle.

Yattaran ne semblait pas disposé à discuter. Elle tenta une autre approche, et demanda d’une voix ou pointait le désespoir.

-Thos ? J’ai fait quoi ?

L’homme lui répondit à voix basse, sans baisser les yeux sur elle.

-Tu dois le savoir.
-Tout le monde sait que tu vas  voler dans les réserves de provision, Lyu ! ajouta Treps avec violence. On veut bien fermer les yeux, mais là, ça va trop loin !
-Tu parles ! enchaîna Yattaran furieux. Elle cherchait juste un moyen de se rapprocher des soutes pour tous nous tuer, oui ! Vous m’entendez ? Dix minutes de plus, et on y passait tous !

Parvenus aux cellules, dont elle était la seule occupante, Treps lui lia les poignets, et la balança dans la pièce sans ménagement. Il claqua la porte, puis la jeune fille les entendit s’éloigner, et verrouiller la porte.
Seule dans le noir complet, elle se rendit compte qu’elle n’avait toujours pas la moindre idée de ce dont elle était accusée. Et déjà coupable.
Un peu comme dans la coalition Gaia, en fait.

Cette seule comparaison suffit à faire monter les larmes à ses yeux.

***

Le bruit d’une porte qui s’ouvre l’éveilla, quelques heures plus tard.
Et le visage devant elle la fit gémir de nouveau.
Yama.
Comme si tout ce qu’elle venait d’endurer ne suffisait pas.

Elle n’avait pas spécialement eu l’occasion de fréquenter le nouveau, mais elle le connaissait de vue, et ne l’appréciait guère.

-Qu’est-ce que tu fais là ? grogna-t-elle.
-Le capitaine m’a demandé de descendre te voir. Tu sais de quoi on t’accuse, pas vrai ?
-De donner à bouffer à mon chaton ? ironisa Lyu, manière polie de lui signaler qu’elle aurait surtout aimé qu’il dégage.
-Tu ne devrais pas me parler sur ce ton. Je suis le second du capitaine ! affirma-t-il, fier, en gonflant son torse de poulet.
-Ouais, j’avais cru comprendre. Essaie d’en avoir la trempe, avant de t’en vanter.
-Quand on est vendue pour Gaia, on se tait !
-Je te rappelle qui a vendu le capitaine, est responsable de sa condamnation à mort la plus récente et a failli être à l’origine de la destruction du vaisseau ?

Yama semblait commencer à s’agacer.

-Tais-toi ! Hier soir, tu t’es infiltrée dans la soute de nourriture, et tu en a profité pour mettre le feu à tout le vaisseau ! Si Mimei ne l’avait pas senti, nous serions tous morts !
-Je n’ai pas bougé de ma cabine, protesta Lyu.
-Ne ment pas ! LE SOLDAT DE QUART T’AS VUE !

La soigneuse écarquilla les yeux.

-Ah ouais ? Et c’était qui, de quart ? Parce que je vais avoir deux mots à lui dire, moi, fit-elle d’une voix amère.

Yama se tortilla nerveusement, mal à l’aise.

-Ben... moi.
-QUOI ?
-Ouais. En fait... euh... bah... en fait, j’étais dans la soute, de quart, depuis six heures, et je commençais à avoir faim. Alors du coup, j’ai voulu me faire chauffer une boîte de petits pois, mais... enfin, j’ai pas fait gaffe, l’allumette était pas éteinte, et elle a atterri sur une caisse en bois, et... enfin... bah... le feu a pris.
-Pardon ?
-Quand Yattaran m’a demandé, c’est ton nom qui m’est venu en premier, en fait.... J’ai pas fait exprès... Mais personne n’en saura jamais rien ! conclut-il comme un gamin qui a réussi à ramasser les bouts du vase cassé avant l’arrivée des parents.

Lyu n’arrivait pas a en croire ses oreilles.

-Mais tu vas dire la vérité, maintenant ?
-Ben... non. Le capitaine me passerait un de ces savons...
-Yama ? Tu te rends compte que moi, le capitaine va me passer par la fenêtre ?

[Bonne chance pour me faire une réponse avec un Yama qui ne soit pas un salaud fini, après ça ]


Dernière édition par Lyu le Mar 28 Jan - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yama
Second
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 19/01/2014

Feuille de personnage
Camp: Arcadia
Rôle au sein du vaisseau: Futur capitaine
Ambition: Essayer de reprendre le flambeau correctement

MessageSujet: Re: La nuit, tous les boulets sont gris [Pv le truc moche au nom commençant par un Y] [Terminé]   Sam 25 Jan - 22:07

Yama n'avait jamais voulu que cette histoire prenne cette tournure. En fait, la situation en elle-même avait pris des proportions trop importantes et le jeune homme avait perdu le contrôle des évènements.
Quelque part, ce n'était pas vraiment sa faute. Depuis qu'il était monté sur ce fichu vaisseau, il avait l'impression d'être devenu schizophrène tellement ses pensées étaient devenues contradictoires. Une partie de lui voulait faire de son mieux pour réussir et l'autre lui disait que ce n'était même pas la peine d'essayer puisque de toutes façons, le capitaine ferait toujours mieux que lui. Ajoutez à cela plusieurs nuits d'insomnie, la mort de son frère, le capitaine qui passait son temps sur son dos et le stress, et vous obtenez une grosse bourde.
Le futur capitaine s'en voulait énormément à présent. C'est vrai, après tout, Lyu était devenue la victime collatérale de sa crise existencielle alors qu'elle n'avait rien fait. Et elle risquait bien plus gros que lui dans cette affaire.
-Je...Je suis désolé. Je t'ai mise dans une situation qui ne te concernait pas et qui te porte à présent préjudice. Je vais réparer cette erreur.
Yama s'était enfin décidé à agir. Son esprit était devenu plus clair quand la vérité lui avait explosé en plein visage. Il fallait faire vite.
-Tu n'as pas peur de me laisser seule ? ironisa Lyu.
-Pourquoi aurai-je peur de laisser une pirate fidèle ?
Sur ces paroles, le jeune homme commença à courir en direction des suites des gradés. Il s'arrêta devant celle qu'il cherchait, c'est à dire celle de...Kei. Parce qu'il avait beau avoir rassemblé un peu de courage, il ne se sentait pas vrailent prêt à affronter le regard scrutateur du capitaine.
-Je peux faire quelque chose pour toi, Yama ?
Par chance, la jolie seconde était dans sa chambre. Le jeune homme entra rapidement.
-Kei, j'ai fait la plus grosse erreur de ma vie.
La jeune femme haussa les sourcils.
-Ça, je le savais déjà. C'est par ta faute si on a failli être excécutés, tu te souviens ?
Yama tenta d'ignorer la nouvelle vague de culpabilité qui lui creva le coeur.
-Oui, mais là j'ai fait bien pire ! J'ai fait brûler la réserve de nourriture et au lieu de dire que c'était moi, j'ai accusé Lyu ! Je ne sais même pas pourquoi j'ai fait ça ! Et maintenant, tout le monde pense qu'elle est une traitresse, alors que je suis le seul coupable !
Kei le regardait d'un air indéchiffrable.
-Et que vas-tu faire ?
-Je vais raconter la vérité au capitaine. Mais j'ai vraiment besoin d'aide sur ce coup-là.
Yama lui jeta un regard à la fois désolé et épuisé.
-S'il te plaît, Kei...
La jeune lieutenante soupira.
-Yama, ce que tu as fait est absolument horrible pour cette pauvre Lyu. Pire encore, c'est immoral.
Le jeune homme se recroquevilla légèrement sous la culpabilité.
-Mais le fait que tu veilles réparer tes erreurs montre que tu as un coeur malgré tout. Et que tu peux encore te racheter. Va parler au capitaine, je m'occupe de faire sortir Lyu.
-Tout de suite !
L'esprit un peu plus tranquille, Yama couru vers la porte.
-Kei ?
-Oui ?
-Merci.

(Challenge succeed chou !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyu
Chef infirmerie
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 18/01/2014
Localisation : À côté du frigo

Feuille de personnage
Camp: Arcadia, depuis maintenant jusqu'à ma mort.
Rôle au sein du vaisseau: Soigneuse
Ambition: Trouver la planque de chocolat du capitaine et la vider

MessageSujet: Re: La nuit, tous les boulets sont gris [Pv le truc moche au nom commençant par un Y] [Terminé]   Dim 26 Jan - 11:38

Lyu s’étira longuement, tremblante. Elle était tout simplement terrorisée. Ni Yattaran, ni le capitaine n’étaient spécialement connu pour leur délicatesse et leur tendresse.
Et pourquoi ce boulet... Raaah !

De rage, elle frappa son front contre le métal glacé de sa cellule, faisant résonner dans le silence de la soute l’écho du coup. Pourquoi avait-il fallu que ce soit son nom que Yama prononce ? Quel idiot ! N’importe lequel des gars s’en serait tiré sans autre encombre qu’une semaine de corvée de patates.
Il avait bouffé quoi, l’autre imbécile, pour oublier qu’elle venait de Gaia, et que Yattaran était prêt à sauter sur le moindre occasion pour prouver sa culpabilité ?

La jeune fille pensa à son pauvre Patachou, qui s’était successivement mangé un coup de chaussure cloutée puis le mur de l’infirmerie, et qui, comble de l’ironie, n’avait toujours pas vu la couleur de la moindre croquette.

La porte s’ouvrit de nouveau, et Lyu fut ravie de reconnaître Kei. Avec un peu de chance, elle, au moins, la croirait.
La soigneuse n’eut même pas à ouvrir la bouche.

-Yama m’a avoué, lança-t-elle en guise de bonjour.

Elle lui balança la combinaison mauve qu’elle avait dans les bras.

-Je sais que c’est pas la tienne, mais ta cabine est verrouillée. J’avais pas plus petit.
-Oh, merci beaucoup.

Lyu se changea en vitesse, heureuse de quitter sa chemise de nuit, dans laquelle elle se sentait tout de même plus vulnérable qu’en combinaison complète de cuir.
Cette dernière, même trop petite pour Kei, dépassait de ses bras et de ses jambes sur vingt bons centimètres, lui donnant des airs de fantôme.

-Je peux sortir, alors ? demanda-t-elle, pleine d’espoir.
-Je suis désolée, mais non. Tu es ici sur ordre direct du capitaine, il est le seul à pouvoir te faire sortir.
-Ah, chouette, grommela-t-elle. Et il est où notre capitaine adoré ?

Kei pouffa.

-Il a pris une des navettes de secours, tu te souviens ? Il est parti négocier sur Himitsu pour une pièce du générateur dont Mimei pensait avoir besoin. Il l’a annoncé hier soir.
-Oui, je me souviens, acquiesça Lyu.

Difficile de rater l’annonce. Il y en avait même deux deux ou trois qui s’étaient battus pour l’accompagner, avant qu’Albator ne tranche en disant qu’il y irait seul.

-Mais je pensais qu’il serait rentré, ajouta Lyu.
-Il avait annoncé qu’il ne rentrerait pas avant ce soir.
-Comment il a pu donner l’ordre de me mettre ici, alors ?
-On l’avait sur le pont en contact radio jusqu’à minuit. Depuis, il a coupé la sienne pour ne pas se faire griller.

Lyu soupira, et se rejeta en arrière, s’asseyant au fond. Elle allait passer une super journée au frais...

-Et Yama, il est passé où ? demanda-t-elle en soupirant.
-L’autre boulet ? Oh, il n’a même pas capté que le capitaine était parti, ce crétin. Il doit être en train de se faire tout le vaisseau pour le trouver.

Lyu sourit pour la première fois de la journée.

-Ça va nous faire des vacances !
-Ouais ! Je suis plutôt contente de ma stratégie pour me débarrasser de cet idiot !
-Tu connais la meilleure ? Après m’avoir mise dans ce pétrin, être responsable de tout ce qui me tombe dessus, et j’en passe, il m’a sorti «pourquoi aurais-je peur de laisser seule une pirate fidèle ?»
-Il s’y croit trop, pouffa Kei.
-On dirait Albator, mais sans la classe, ajouta Lyu, les yeux rieurs.
-Bon, je vais aller te chercher un truc à bouffer, annonça Kei. Le temps d'assommer Masu et de t’évacuer un panier de brioches, j’en ai pour... dix minutes ? Ne bouge pas !
-C’est pas comme si je pouvais aller bien loin, grogna Lyu avec ironie.

Kei referma la porte, laissant Lyu dans le noir. Moins de cinq minutes après, celle-ci s’ouvrait de nouveau.
Sur Treps
Avec un sourire sadique et un appareil non identifié dans la mains.

-Oui ? lança Lyu, inquiète.
-Yattaran a dit d’attendre le capitaine, mais je vois pas pourquoi on aurait besoin de lui pour te faire cracher le morceau, sale traîtresse !
-Mais, mais... Treps !
-t’as pas changé de discours depuis hier soir, ordure ? T’as même pas eu le temps de te trouver un mensonge minable ?
-Mais... Tu n’as pas croisé Kei ? Ou Yama ?
-Bien sûr que si ! Je ne sais pas quel salades tu as réussi à me faire avaler à ce naïf de mécheux, il y a quelque chose qui m’échappe ! Mais si toi êtes lui êtes de mèche, n’essaie pas de le faire passer pour le méchant !

Wow. Quatre fois la syllabe «mech» en une seule phrase, il avait bien croisé Yama, ça ne faisait pas l’ombre d’un doute.

-Treps, tu fais erreur ! couina Lyu. Kei te le dira ! Et je... je suis sûre que le capitaine n’apprécierait pas que tu agisses comme ça, te ton propre chef !
-Bah, c’est pas un jugement. Juste te faire avouer, comme ça, on gagnera du temps. Il y aura plus qu’à t'exécuter, espèce de vendue !
-Et... Et Yama, il est parti où ?
-Euh... Je crois qu’il s’est mis en tête de trouver Yattaran. Comme quoi, c’est bien un crétin, parce que Not’ chef à annoncé à tout l’équipage qu’il faisait une sieste entre ses deux quarts, et que s’il le réveille, il va être de méchante humeur.

Il se fendit d’un sourire de psychopathe.

-Et ça va pas arranger ton cas....

[Mouhaha. Good Luck What a Face]

_________________


Lyu/Ethan Campbell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyu
Chef infirmerie
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 18/01/2014
Localisation : À côté du frigo

Feuille de personnage
Camp: Arcadia, depuis maintenant jusqu'à ma mort.
Rôle au sein du vaisseau: Soigneuse
Ambition: Trouver la planque de chocolat du capitaine et la vider

MessageSujet: Re: La nuit, tous les boulets sont gris [Pv le truc moche au nom commençant par un Y] [Terminé]   Lun 27 Jan - 21:54

[Oui, ceci est un double post. Mais comme j'arrive pas à jouer Yama sans Out of character, dans ce rp, ben je préfère jouer deux fois Lyu ^^. Je jouerais Yama dans le prochain post.
Je préviens tout de même, ce post contient une scène de torture ultra-light. Au cas où. M'enfin, je suis même pas sûre que ça mérite le titre de "torture". Je l'ai mis pour m'entraîner à écrire des scènes du genre, entre autres ^^]

Lyu, depuis son arrivée sur l’Arcadia, tentait de s’entraîner régulièrement aux arts plus ou moins nobles du combat. Même Kei lui avait fait un cours, une fois.
Elle n’était plus aussi fine et pâlotte qu’à sa sortie de Gaia. Loin de là, même, depuis qu’elle était tombée sur les réserves de sucreries planquées dans le faux plafond de la soute 5.
Oui, mais face à Treps, elle n’était qu’une petite brindille ayant... vaguement forme humaine. La brute l’attrapa par le col, et la souleva de terre d’un seul bras, du haut de son mètre quatre vingt-quinze. Lyu se débattit comme elle put, autrement dit, inutilement.

De toute façon, elle savait bien que sa plus grande chance était que Kei revienne avec les brioches. La jeune soigneuse croisa les bras pour que cette dernière ne se soit pas fait intercepter par Masu au passage, sinon, elle allait avoir droit au cours complet sur la nutrition équilibrée, et Lyu allait définitivement passer un très mauvais quart d’heure.

-Treps ! tenta Lyu en gémissant. Le capitaine n’aimerait pas ! Même Yattaran ne sait pas ce que tu fais !
-Le capitaine sera ravi de ne pas avoir à te torturer lui-même ! rétorqua Treps. Interroger les traîtres, ça, c’est du sale boulot, c’est tout à fait pour ma pomme ! Yattaran m’en aurait sûrement chargé, de toute façon...
-Oui, mais il ne l’a pas fait ! Tu devrais aller lui demander ! Aller voir Kei ! Je suis innocente !

De sa main libre, Treps lui retourna une gifle monumentale, qui lui laissa sur la joue une trace rouge et brûlante.

-Tu me prends pour un idiot ? Tout le monde sait que c’est l’heure de la sieste du Chef ! Tu veux que je le réveille, c’est ça, hein ? Tu veux que j’aie des problèmes ? Tu veux te venger ! Ah mais ça, espèce de peste, il fallait y penser AVANT de trahir !
-Mais non, je te jure que...

Elle renonça à parlementer en sentant la main du soldat s’écraser sur sa seconde joue.
Bon, au moins, elle serait symétriquement défigurée. Toujours sympa de se retrouver en tête à tête avec le tortionnaire qui a le sens de l’art...
La soute sept, qui servait donc de geôle, était également équipé d’une table de torture, qui n’avait pas servi depuis un moment, puisque la passion du capitaine pour les interrogatoires musclés était un peu passée, et qu’apparemment, ce n’était pas Yama qui allait reprendre le flambeau...
Cette espèce de flipette paniquait pour une goutte de sang, alors prendre un scalpel en main...
L’homme lui lia les poignets et les fixa au dessus de sa tête, en l’attachant sur la table, qui inclina sur quarante-cinq degrés pour pouvoir lui parler en face à face.

Il pencha son visage sur le sien.

-Alors. Maintenant que tu es... et bien, priée de répondre. As-tu volontairement mis le feu à la soute.
-Non, répondit Lyu avec honnêteté.

Par contre, songea-t-elle en retenant son souffle pour éviter d’avoir à respirer son haleine, si je te pose la question «As-tu bu plus que de raison hier soir pendant ton quart, la réponse est certainement oui...».

-Je crois que tu ne m’as pas très bien compris, cracha Treps en reculant. TOUT LE MONDE sait que tu as trahi ! Alors avoue !
-Je n’ai rien fait, répéta Lyu en priant pour que Kei accélère le rythme.
-Je te laisse une dernière chance, soupira le garde.

Il ouvrit en souriant une mallette qui aurait pu être la collection de couteaux à sushi de Masu tant il y en avait. Son bourreau opta pour une arme à la lame courte et légèrement crantée.

-Bien, reprit-il en faisant jouer la lame entre ses doigts. Lyu, as-tu trahi ton capitaine en mettant le feu à la soute numéro cinq dans la nuit d’hier ?
-Je te jure, je te promet que non, couina Lyu, soudain très blanche.
-Je ne crois pas avoir été très clair...

La nuque de la guérisseuse étant fixée à la table, cette dernière ne pouvait voir ce que fabriquait son tortionnaire, mais cela n’était guère difficile à deviner. Il avait relevé la combinaison mauve sur cinq centimètres, et choisissait le meilleur endroit pour faire une entaille.
En sentant le métal mordre sa peau, Lyu cria de douleur une première fois. Les larmes affluèrent à ses yeux. Elle n’était pas faite pour résister à la torture. Pas un seul quart de seconde.
Alors qu’une douleur irradiante se répandait dans sa hanche, elle hurla en sanglotant :

-Arrête ! Arrête je t’en prie ! Oui, c’est moi, c’est moi si tu veux qui vous est tous trahis, d’accord ? Je suis responsable de tout et même de la capture du capitaine si tu veux, mais arrête !
-Et bien, on devient raisonnable ? insista Treps avec un sourire mauvais. Voyons voir... Et pourquoi voulais-tu faire sauter le vaisseau ?

Il appuya un peu plus sur son couteau, laissant une coulée de sang descendre le long de son bassin. Lyu se mordit la lèvre jusqu’au sang tant cela faisait mal.

-Pour Gaia. Pour l’honneur, pour l’argent, pour tout ce que tu veux. Je t’en supplie, je t’avouerais tout ce que tu voudras !
-Je crois qu’elle t’a demandé d’arrêter.

Treps fit volte face, prêt à incendier l’idiot qui était entré alors qu’il commençait justement à bien s’amuser. Des traîtres à torturer, sûr qu’il n’en avait pas tous les quatre matins.
En apercevant son interlocuteur, il se ratatina littéralement sur place.
Lyu, qui n’y voyait toujours rien, entendit résonner un coup de feu, et elle sentit l’attache qui maintenait son cou céder. Elle redressa aussitôt la tête, pour se raidir, elle aussi.

-Capitaine ? lança-t-elle, surprise.

Albator baissa le bras qui tenait encore le pistolet avec lequel il venait de tirer.

-Treps, fit-il d’une voix neutre, dans laquelle on percevait parfaitement sa colère. Je n’aime pas que mes hommes interprètent mes ordres comme bon les arrange. Tu iras justifier de ton cas devant Yattaran. Tout de suite.
-Oui, capitaine, répondit Treps qui n’en menait pas large.

Il fila aussitôt sans demander son reste, probablement heureux d’être encore en vie.
Le capitaine s’avança vers Lyu, et cette dernière vit que Yama était derrière lui.

-Détache-là, Yama, ordonna-t-il.

Le jeune homme s'exécuta aussitôt, et s’approcha de la table pour desserrer les sangles.

-Tu es blessée ? s’informa Albator.
-À peine, laissa échapper Lyu dans un filet de voix.

Son dernier lien céda, et, sans forces, elle tomba à genoux sur le sol. Elle n’avait pas grand chose, rien qu’une plaie un peu ouverte sur la hanche, en revanche, elle en était quitte pour la peur de sa vie.

-Pourquoi m’avez-vous crue coupable ? demanda-t-elle avec une pointe de reproches dans la voix.

Albator ne lui répondit pas directement.

-Yama. J’espère que tu mesures la conséquences de tes actes ?

Le jeune second passa illico du blanc au vert.

_________________


Lyu/Ethan Campbell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yama
Second
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 19/01/2014

Feuille de personnage
Camp: Arcadia
Rôle au sein du vaisseau: Futur capitaine
Ambition: Essayer de reprendre le flambeau correctement

MessageSujet: Re: La nuit, tous les boulets sont gris [Pv le truc moche au nom commençant par un Y] [Terminé]   Mar 28 Jan - 19:18

Le jeune second se rappela brusquement qu’il avait changé de lacets la veille. Oui, qu’il arborait maintenant une superbe paire de lacets noirs, super beaux, et...

-Yama, répéta le capitaine sans s’impatienter.

Relever la tête et affronter le regard du capitaine équivalait à aller se baigner dans un lac de lave en fusion avec un short de bain. Il allait purement fondre sur place, et on le ramasserait à la serpillère.
Il préféra redresser légèrement la tête, pour faire semblant de s’intéresser à Lyu, qui, toujours à Terre, était occupée à presser un bout de tissu contre sa hanche ouverte.
Avec un peu de chance, le capitaine allait s’occuper d’elle, un peu. Après tout, la mare rouge à ses pieds, ce n’était pas de la confiture !

-J’ai tout mon temps, Yama, ajouta Albator comme s’il lisait dans ses pensées.
-Zbluuuuuh, réussit-il à articuler avec peine, d’une voix aiguë.

Lyu toussa légèrement, ce qui eût pour effet d’attirer leur attention à tous les deux.

-Capitaine, demanda-t-elle, un peu pateuse. Vous ne deviez pas rentrer que ce soir.
-Yama a activé ma radio malgré mon interdiction formelle d’y toucher. J’ai cru comprendre qu’on avait besoin de moi sur le vaisseau de façon... urgente.
-Je suis désolée, murmura Lyu en baissant la tête, honteuse.

Yama vit ses yeux se mouiller de larmes.

-Je vous ai empêché de mener votre mission a bien, et je vous ai mis en danger avec la radio, poursuivit Lyu, piteuse.

Elle avait l’air de vraiment s’en vouloir.

-Yama t’as peut-être sauvé la vie en l’activant, rectifia le capitaine. C’est le moins qu’il pouvait faire.

Yama redressa légèrement les épaules avec fierté, tout en levant discrètement les yeux au ciel.
En fait, pas du tout. Il n’aurait même pas pensé à contacter le capitaine.
En arrivant devant la cabine de Yattaran, il avait involontairement déclenché l’alarme de la porte. Disposant d’une seule minute pour la désactiver avant qu’elle ne résonne et ne tire le gradé su sommeil, il s’était précipité sur le pont, seul endroit où elle pouvait être éteinte.
Sauf qu’en arrivant en haut, il s’était pris les pieds dans une chaise, lamentablement étalé par terre, en en tentant de se rattraper au pied de la table du radar, il avait fait basculer le bouteille de Rhum en équilibre dessus, et cette dernière était tombée sur la radio en produisant un court circuit.
Il n’avait pas pu prononcer un mot, mais Albator avait cru que si quelqu’un avait allumé la radio, c’était bien pour une urgence, et il était rentrée en huitième vitesse.
C’était juste un énorme coup de chance, mais Yama aurait préféré crever plutôt que d’avoir à l’avouer.

-Bien, Yama. Est-ce que tu as quelque chose à dire.
-Je suis le plus sincèrement désolé, lâcha-t-il en choisissant la voie de l’humilité.

À sa grande surprise, il reçut un coup retentissant entre les côtes qui l’envoya au sol. Il n’avait même pas vu Albator bouger.
D’ailleurs, avec sa mèche, il n’aurait rien vu du tout, de toute façon.

Il toussa pendant quelques secondes, à quatre pattes sur le sol, cherchant à reprendre son souffle.

-Je m’en moque. Ce n’est pas à moi qu’il faut le dire.

Après un soupir silencieux, Yama fit ses plus plates excuses à Lyu.
Puis le capitaine pointa la porte.

-Dehors, lui ordonna-t-il.

Yama lui obéit, et regagna ses activités habituelles.

***

Quelques jours plus tard, en traversant un couloir à la recherche de Yattaran, Yama aperçut Lyu, qui courrait vers les cuisines. Il hésita un moment, puis courut à sa suite, la rattrapant sans peine.

-Euh... Lyu ?
-Oui ? répondit la jeune fille en se retournant brusquement, ce qui fit voler ses cheveux.
-Je me demandais... euh... voilà, tu m’en veux encore ?

Lyu sembla réfléchir.

-Bah, non, va. C’est une erreur, ça peut tous nous arriver. Ça s’est bien terminé, c’est le principal. Je te pardonne.
-Ah, merci !

Yama se passa une main dans les cheveux, et la serra brièvement contre elle pour marquer leur trêve, puis il reprit sa course, à la recherche du gradé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyu
Chef infirmerie
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 18/01/2014
Localisation : À côté du frigo

Feuille de personnage
Camp: Arcadia, depuis maintenant jusqu'à ma mort.
Rôle au sein du vaisseau: Soigneuse
Ambition: Trouver la planque de chocolat du capitaine et la vider

MessageSujet: Re: La nuit, tous les boulets sont gris [Pv le truc moche au nom commençant par un Y] [Terminé]   Mar 28 Jan - 21:18

Une fois Yama sorti, Albator s’avança un peu plus vers Lyu.

-Je te dois tes excuses aussi, dit-il.
-Pour m’avoir sauvé la vie une quatrième fois ? plaisanta la soigneuse.
-C’est moi qui ait ordonné qu’on te mette en cage, alors que je savais que tu n’y étais pour rien.
-Ah oui ?

Lyu baissa la tête, pour se concentrer sur le chiffon gorgé de sang qu’elle s’efforçait toujours de nouer autour de sa taille.
Ce fut au tour du capitaine de voir sa voix teintée d’ironie.

-Je sais bien qu’on a pas besoin de faire du feu pour me voler du chocolat. Je savais bien que Yama était coupable. Mais je ne pensais pas que Yattaran et Treps t’en voulaient et te maltraiteraient à ce point.
-Vous réalisez que j’ai passé une nuit morte de peur dans votre cage minuscule, et je j’ai bien cru que j’ai y passer, quand il a sorti son couteau ?
-Je voulais mettre Yama face aux conséquences de ses actes.
-Ah ben c’est réussi ! répliqua-t-elle avec une légère agressivité.

Oui, là, pour le coup, elle lui en voulait. Elle voulait bien admettre que tout le monde puisse faire des erreurs, mais là, tout de même, c’était un peu le pompon. On lui annonçait que oui, bon, elle avait eu un couteau planté dans la hanche, mais que c’était pour que l’autre imbécile de mécheux apprenne son métier de capitaine.
Tout était parfaitement normal.
Albator avait l’air ennuyé, et agacé de la voir rater ses noeuds depuis tout à l’heure, il lui prit le tissu des mains, et fit le bandage à sa place.

-Je n’ai pas eu le temps de finaliser l’achat de la pièce du réacteur. Mais j’ai trouvé ceci.

Il extirpa de sa poche trois oeufs en chocolat recouverts de papier doré, et lui glissa le premier dans la main.
En voyant Lyu loucher, les sourcils froncés, il décida que finalement, elle méritait bien le second. En revanche, il gardait le troisième pour lui, non mais oh.

-Allez, fit-il en se redressant. Je t’emmène à l’infirmerie.

Il la souleva comme il aurait porté une enfant de trois ans, ce qui agaça passablement la blessée, qui jugea bon de ne pas protester. Ce n’était tout de même pas tout les jours qu’on avait droit au taxi-capitaine.

***

Lyu reprit son chemin dans les couloirs. Yama venait de venir s’excuser, et après tout, oui, elle avait honnête. Elle ne lui en voulait pas. Bon, un peu, mais finalement, pas de quoi en faire un plat.
Elle avançait le coeur plutôt léger, son plan bien en tête.
Ouais, cette fois-ci, elle serait coupable. Et jusqu’à la moelle

Ses pas la menèrent jusque dans la réserve. En prenant soin de verrouiller la porte derrière elle, elle escalada avec agilité le tas de sac de riz, et s'agrippa de toutes ses forces à la poutre la plus basse. En grimaçant, parce qu’elle n’avait pas la musculature du capitaine, elle se hissa comme elle put jusqu’au faux plafonds.
Tout en décollant la plaque de plâtre, Lyu savoura sa victoire. Il lui avait fallu trois semaines pour localiser le nouvelle planque de chocolat, et maintenant qu’elle l’avait trouvé, elle avait bien l’intention de la vider et de ne pas en laisser une miette.

Une fois qu’elle eut dégagé un espace suffisant, Lyu se faufila dans la cachette en rampant.
Vide.
La soigneuse écarquilla les yeux pour les habituer à la luminosité. Se serait-elle trompée ?

Après quelques secondes, elle dut rectifier son jugement : vide ET une petite lettre. Tremblante, Lyu s’en sait, et l’approcha au plus près de ses yeux pour parvenir à la déchiffrer.

«Surprise !
Tu croyais repartir le ventre vide ? Il faudra être plus rapide, la prochaine fois, si tu veux mettre la main sur les tablettes de chocolat pâtissier à fondre noir soixante-quinze pour cent !
Gros bisous
Yamounet»

Lyu crispa sa main sur la lettre en serrant les dents. Ses yeux lançaient littéralement des éclairs.
C’était. La. GUERRE !

[Ceci clot le rp Very Happy Et vous savez maintenant pourquoi Lyu hait autant Yama !]

_________________


Lyu/Ethan Campbell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nuit, tous les boulets sont gris [Pv le truc moche au nom commençant par un Y] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La nuit, tous les boulets sont gris [Pv le truc moche au nom commençant par un Y] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury]
» La nuit, tous les chats sont gris - Acte I
» La nuit, tous les chats sont gris...[pv A.M.E.]
» La nuit, tous les chats sont gris... Sauf moi, je suis rose! (terminée)
» La nuit tous les chats sont gris...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les voyages de l'Arcadia :: Archives :: Aventures archivées-
Sauter vers: