Les voyages de l'Arcadia

2970. Alors que la coalition Gaia tente de préserver la Terre, un vaisseau refuse de se soumettre à son autorité, et fonde alors la résistance. Forum de Rôle Play (rpg) sur l'Univers d'Albator. Venez écrire avec nous !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan Campbell
Stratège
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 25/02/2014

Feuille de personnage
Camp: Du bon côté, assurément
Rôle au sein du vaisseau: beau gosse absolu
Ambition: Immense !

MessageSujet: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Jeu 29 Mai - 13:59

S’il y avait une race d’alien qu’Ethan ne pouvait en aucun cas supporter, c’était bien celle des Nibelungen.
Au fond, les Rakkuen et les Vampires restaient mignons, à montrer les crocs comme des bêtes sauvages. Au moins, leur rang d’être inférieur était clair, et reconnu.
Mais les Nibelungen n’étaient pas comme ça. Ces êtres qui se prenaient pour plus intelligents, il ne les comprenait pas, et les abhorrait purement et simplement.

Connexion télépathique ? Matière noire ? Technologie ? Intelligence ? Quel était donc ce peuple qui se réclamait plus haut placé que les tout-puissants humains ?
Avec une moue dégoûté, Ethan fit claquer deux gants sur ses mains. Il détestait devoir lui-même mettre les mains dans les déchets de la sorte, mais ce dossier était top-secret, et les informations qu’il devait soutirer, ne surtout pas être connues.

Il se trouvait au soixantième sous-sol de la coalition au moins, dans des quartiers de haute sécurité, et le conseil lui avait débloqué l’accès pour la journée suite à une requête exceptionnelle.

Nibelungen. Brr... Le nom seul suffisait à le faire frissonner de dégoût.
C’était une bonne chose que la coalition Gaia ait rasé leur planète. Ce peuple décadent était de toute façon promis à l’extinction, Gaia n’avait fait qu'accélérer les choses, et pour le mieux.

Déjà révulsé, il enclencha la poignée de la porte blindée.
La Nibelungen était là, les poignets maintenus au dessus de sa tête par des menottes d’acier rivées au mur.

L’état des lieux était là. La terre, enfouie sous des kilomètres de matière noire que malgré tous ses efforts, la coalition ne parvenait à ôter.
Et la réponse dans la technologie du peuple qu’il détestait le plus au monde.

Il s’avança dans la pièce en verrouillant la porte derrière lui. Il portait à sa ceinture un simple couteau, et une arme a feu, et dans sa main gauche, un long fouet.

-Je voudrais faire, court, Chose, articula-t-il en insistant bien sur tout le dégout qu’il mettait dans ce dernier mot.

Machinalement, il mit un violent coup de fouet sur le sol. Ethan n’aimait pas les séances de tortures. les blessures physiques ne lui apportaient aucune satisfaction, contrairement à certains fous comme sa soeur, au hasard.
Mais il avait tout essayé. Aucun mot n’avait de prise sur les Nibelungen, aucune ruse, aucune menace. Rien à faire.

-Et comme j’ai aussi peu envie que toi de me trouver ici, je te le demande une seule fois. Comment peut-on ôter la matière noire de la Terre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stellya
Mousse
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 38
Localisation : SUR LE QUEEN NATACHA

Feuille de personnage
Camp: pirate
Rôle au sein du vaisseau:
Ambition: retrouve ma planète et ma famille et ce de ma race

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Jeu 29 Mai - 14:27

ne me demande pas combien de temps j'étais enferme ici dans ses cachots immonde de la coalition , je m'en souviens plus . tout se que j’espérais ses convienne me délivre de cette enfer , je ses que je ne reverrais surement plus ma planète natal qui ma vue naître . pour moi le temps c'est arrête ici dans cette enfer qui et la coaltion gaia , quand je ne suis pas enferme ont se serre de moi comme une maudite esclave faisant les pire travaux ont me traite avec mépris et dégoût . mais se jours la ont m'avais laisse dans ma cellule menotte ma parole il sa fait peur que je m'enfuit ou que je tente quoi que se sois ,

mais se jours rien me disais que j'allais avoir la visite de quelqu'un dans ma cellule . je reste silencieuse qu'aux moment ou j'entendis la porte de ma cellule s'ouvris puis se referme la je vie une personne devant moi avec un fouet qu'il fit claquer sur le sol avec violence , et le voilà qu'il me pose la question comment retirais la matière noir qui recouvre la terre . quand a cette question mes bourreau me laver déjà possé , je le regarde sans dire un mot

-aller aux diable je ne dirais rien de comment retirais la matière noir

je reste fière devant cette personne qui me menasse de sont fouet , je voie sont regard qui en dis très long sur le sujet je peux voir que je le dégoût et que je comment se a sur tout l'énerve sur mon refus de parler . est de tout façon même si il venez a me frappe je resterais muette , et je le voie s'approcher de moi et je voie sont regarde qui se pose sur mon médaillon que je porte aux coup qui et un cristaux de quartz . est le voilà qu'il me l'arrache d'un coup pour le regarde de plus près ,

-rende moi se médaillon c'est la seul chose qui me reste de ma planète

je voie sont regard méprisant , tout se que j'espère c'est qu'il na pas l'intention de le briser car si il faisait sa je vous laisse imagine se qui m'arriverais . est le voilà qu'il refait claquer sont fouet juste a cote de mon visage se qui a hue pour effet de me faire peur et tourne mon visage , je ses une chose ses que c'est personne ne fond pas lâche le morceau aussi facilement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espace-the-harlock.forums-rpg.com/
Ethan Campbell
Stratège
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 25/02/2014

Feuille de personnage
Camp: Du bon côté, assurément
Rôle au sein du vaisseau: beau gosse absolu
Ambition: Immense !

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Jeu 29 Mai - 17:06

La langue d’Ethan claqua, agacé. Pourquoi fallait-il toujours que ses prisonniers se croient malins à garder le silence ? Pourquoi devaient-ils toujours faire les fiers et se rebeller ?
Il n’aimait pas la torture, et à son goût, on faisait bien mieux parler les gens autour d’un bon rôti et d’une bouteille de vin plutôt que dans une cave avec un fouet.
Ses supérieurs ne lui avaient pas tout à fait laissé le choix, et certes, de toute façon, il aurait préféré partager son repas avec une limace géante plutôt qu’avec une Nibelungen.

La simple présence de l’alien dans la pièce lui donnait la chair de poule, et des nausées fort désagréables.
La réponse de la chose le fit pourtant ricaner.

-Tiens, tu t’es mise aux expressions terriennes, le déchet ? Depuis quand les ordures de ton espèce savent ce qu’est le diable ? Tu veux pas croire en Dieu, aussi ? C’est ridicule !

Il s’approcha d’elle jusqu’à avoir son visage presque collé au sien, et malgré le dégout que lui inspirait cette proximité, il murmura, les yeux brillants d’un éclat malsain.

-Tu apprendras, espèce d’immondice, que je SUIS déjà le diable !

Son regard brillant descendit par réflexe le long du cou de la Nibelungen, et s’arrêta sur le médaillon à son cou. D’un geste sec, il lui arracha pour le contempler avec plus de précision.
Comment cette chose avait-elle pu lui être laissée ? Normalement, tous les effets personnels des prisonniers étaient confisqués à leur arrivée, ce n’était pas normal.
Il se promit de mener une enquête pour retrouver celui ou celle qui avait laissé passer ça, et lui filer un savon bien mérité.
Avec les prétendus «pouvoirs magiques» que possédaient certains détenus, et à encore plus forte raison pour cette race impure.

-Le briser ? Tu plaisantes !

Ce genre de babiole devait valoir une fortune. Il le mettrait sous verre sans sa galerie personnelle, ou le vendrait. Ou, tiens, l’offrirait à sa soeur. Les filles étaient toujours dingues de ce genre de présents, et le bijou était plutôt joli.
Il fit tomber l’objet dans sa poche, et recula d’un pas.
Agacé par son entêtement, il fit claquer son fouet une deuxième fois, un peu plus près de ce visage si inexpressif qui le mettait hors de lui.

-Toi et les autres raclures de ta race avez ruiné MA planète, d’accord ? Tu n’as aucun droit sur la Terre, c’est notre planète à nous, et c’est ta pourriture de race qui l’a détruite ! Alors sors de nos affaires d’humains, et dis-nous comment ôter cette maudite matière noire !

Il inspira un grand coup pour se calmer et reprendre ses esprits. Se mettre en colère n’était pas une bonne idée, il allait faire une bêtise.
Une fois qu’il fut sûr qu’il avait repris le contrôle sur lui-même, et décrocha le pistolet de sa ceinture.

-Et ne me fais pas l’affront de prétendre que tu ne sais pas, tu viens de te trahir. Tu as dit «je ne vous dirais jamais», et en conséquent, tu sais.

Il ajusta son tir, et pressa la détente. La balle alla se ficher dans la cuisse de la prisonnière quand arracher au stratège une grimace de remords. Sa voix était glaciale.

-Parle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stellya
Mousse
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 38
Localisation : SUR LE QUEEN NATACHA

Feuille de personnage
Camp: pirate
Rôle au sein du vaisseau:
Ambition: retrouve ma planète et ma famille et ce de ma race

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Jeu 29 Mai - 17:38

je vie cette personne mettre mon médaillon dans sa poche , ouf il ne laver pas briser mais sans se médaillon je ne pourrai plus soigne les gens . il étais en train de m'insulter de raclure et autre nom du même j'hore , oui je savais comment retirais cette matière noir qui reconvre la terre mais hore de question que je les aide . je le fit sortir son arme et le voilà qu'il me tire dessus la bal viens se mettre dans ma cuisse se qui me fit hurler de douleur , la voie de cette homme était glacial sans le moindre remord .

-vous pouvais toujours couris pour que je vous aide a retirais cette matière noir

je grimace de douleur ma cuisse me fait très mal , quand je continu a le regarde et voilà que je resent la faim car je n'est pas manger depuis longtemps . est de plus il détien mon médaillon de quartz qui m'aide a tenir le coup , et le revoilà qu'il le sort de sa poche je croie qu'il a compris que sans mon médaillon j'allais perdre mes pouvoir et de j'allais ma faiblire si viens a être éloigne de moi . je voie mon sang couler le long de ma jambe , et comme je ne veux toujours rien dire le voilà qu'il me donne un violent coup de fouet en plein dans mon visage .

je ses que personne m'entend la ou je me trouve , je voie que j'énerve de plus en plus cette homme dons je ne connais même le nom

-j'ai faim

ma voie était asse faible vue que j'ai très faim et voilà que je me mais a tremble de tout mon corps , et le voilà qu'il rire de se que j'avais dis . je voie sont visage s'approche une nouvelle fois de mon visage avec un souris qui dis très long , et je retente une nouvelle fois de refaire mon appelle a l'aide a la personne que j'avais senti .

et le voilà qu'il appuie sur ma blessure se qui me fit hurler une nouvelle fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espace-the-harlock.forums-rpg.com/
Ethan Campbell
Stratège
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 25/02/2014

Feuille de personnage
Camp: Du bon côté, assurément
Rôle au sein du vaisseau: beau gosse absolu
Ambition: Immense !

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Jeu 29 Mai - 20:35

Les hurlements de douleur de la créature ne lui tiraient ni plaisir, ni regrets. Rien de plus qu’un détachement froid. Oui, il pouvait prendre du plaisir à torturer mentalement ses conquêtes pour mieux les manipuler, il l’avait fait de nombreuses fois.
En revanche, face à cet alien, il s’en moquait comme de sa première paire de chaussettes. Il aurait pu être un gamin de six ans en train d’arracher des feuilles à un arbre qu’il se serait senti dans le même état d’esprit.

Le poids du médaillon dans sa poche le fit réfléchir, et il le sortir un instant pour le contempler. Quelle valeur avait donc ce pendentif pour qu’elle parvienne à lui faire passer le contrôle de sécurité ? Une valeur bien trop grande. Les billets brillaient déjà dans ses prunelles ardentes, et avec gourmandise, il le fit sauter dans sa main.
Peut-être n’allait-il pas l’offrir à sa soeur, après tout... Ce n’était pas comme si Lily-Rose n’avait pas déjà des milliards et des milliards sur son compte en banque...

Réfléchissant, il fit machinalement claquer son fouet, et une plainte de la part de la prisonnière lui apprit qu’il avait écorché son beau visage.
Enfin, beau, façon de parler. Comment pouvait-on seulement trouver beau cet espèce de masque vert immonde pourvu de deux yeux jaunes... Beurk !

Il releva les yeux vers sa captive, et poursuivit sans la moindre émotion.

-Je cours depuis un an après la matière noire, ne crois pas que c’est une vermine de ton genre qui va freiner nos opérations. Tu y aurais été utile, c’est tout.

Il haussa les épaule en rechargeant son arme.

-Après tout, la terre vit, tout le monde a vu passer les images du vaisseau pirate qui se pose au milieu des fleurs. Mais, grogna-t-il, la matière noire continue de pervertir les sols, et si nous ne l’en extrayons pas, la Terre ne reverdira jamais comme avant.

Il aimait la Terre, lui qui ne l’avait jamais vue qu’en hologramme, trop jeune pour avoir connu leur belle planète intacte.
Il avait appris son histoire, sa géographie, ses cultures, ses langues. Tout son passé, son patrimoine, pour lequel il se battrait. Pour la Terre.
Alors qu’une pauvre extra-terrestre se mette en travers de cette route, et s’interpose entre les Hommes et la planète qui leur appartenait... Lui donnait envie d'exécuter cette effrontée sans autre forme de procès.

-Faim ?

Il crut avoir mal entendu.

-Tu plaisantes ?

Ethan s’approcha d’elle, et pressa sa blessure encore à vif jusqu’à l’entendre gémir. Puis il recula d’un cran, et tendit son arme devant lui. Il tira deux coups, dans chacune de ses deux épaules avant d’abaisser son arme.

-Je crois que tu ne m’as pas bien compris. Tu n’es pour moi qu’une source potentielle d’information. Une moisissure qui ne devrait pas avoir le droit de vivre, et je me passerais de toi sans le moindre remords.

Il leva le pistolet à la hauteur de ses yeux, et le pointa sur son front. Malgré de mètre de distance entre eux deux, elle devait pouvoir comprendre où il visait. La balle serait mortelle.

-Je te le demande une dernière foi, asséna-t-il d’un ton dur. Parle !

[je peux éditer si tu me trouves trop dure ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stellya
Mousse
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 38
Localisation : SUR LE QUEEN NATACHA

Feuille de personnage
Camp: pirate
Rôle au sein du vaisseau:
Ambition: retrouve ma planète et ma famille et ce de ma race

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Jeu 29 Mai - 21:04

je le regarde sans plus rien dire ses yeux froid mon fond asse peur car je crains le pire , malgré ma jambe qui me fait très je tente de ne rien montre . il continua a m’insulter de vermine , alors commença sa fait 1 ans qu'il cour âpres la matière noir . il continua a me parler de la terre et de sa matière noir , je lève mes yeux vers lui pour lui montre que quoi qu'il face je ne dirais rien . j'ai de plus en plus faim que je m'en mais a tremble en plus de la blessure par bal , je voie mon sang continuai a couler le long de ma jambe . quand a moi je n'est plus de force pour refaire un appelle a l'aide ,

et le voilà qu'il me retire dessus bien je me mis encore une fois a hurler j'en peux plus je me sent si faible . il veux vraiment que je parler

-aller vous faire voir je ne vous aiderez pas pour cette matière noir

est le voilà qu'il me donne une nouvelle fois un coup de fouet aux même en droit , et il me frappe la ou il ma tirais dessus je pousse de crire de douleur . est comme je ne dis toujours rien je le voie s'éloigne pour repartir de ma cellule , la mes menotte s'ouvre et je tombe a terre trop faible pour me relever de par terre . je tend ma main vers lui

-rendez moi mon médaillon il m'est très précieux

je le voie rire et le voilà parti de ma cellule je voie la porte se referme derrière lui , je me retrouve tout seul une fois de plus dans ma cellule . quand a mes blessure il m'est tromps longtemps a se ferme , pendant se temps je souffre le martyr . est les jours passe avec ses torture de la par de mon bourreau ,  je me trouve allonge par terre je n'est plus de force , et je revoie mes golier revenir pour me relever de par terre et je me retrouve une fois de plus menotte a se maudit mur .

est je revoie revenir cette homme mais cette fois il na plus son arme a feu mais sont fouet et un couteau a sa ceinture , je voie sont regard froid et dur sur moi . est le voilà qu'il m'attrape par le col de mon uniforme de prisonnière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espace-the-harlock.forums-rpg.com/
Ethan Campbell
Stratège
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 25/02/2014

Feuille de personnage
Camp: Du bon côté, assurément
Rôle au sein du vaisseau: beau gosse absolu
Ambition: Immense !

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Ven 30 Mai - 9:22

Saleté de créature, qui même enchaînée au mur, privée de ses forces, de sa dignité, et bientôt de sa vie, continuait de défendre corps et âme un secret qui ne la concernait même pas.

-Si même la mort ne te fais pas peur, créature de déchet, rien n’a donc de valeur à tes yeux ?

Il joua du fouet à deux reprises encore. Elle ne parlerait pas. Pas comme ça. Ethan n’aimait pas se sentir impuissant face aux prisonniers qu’il interrogeait.
Autant partir, et retourner à ses dossiers. Avec un peu de chance, les gardiens omettraient de la guérir, et elle mourrait dans la gangrène d’ici peu.
Cette immondice ne méritait même pas de mourir dans sa main.

Il abaissa son arme, et fit deux pas vers la sortie. En atteignant la porte, il enfonça sans se retourner la commande qui laissait l’ouverture des menottes. La Nibelungen s’écrasa au sol, sans force, et leva une main vers lui.

-Rendez-moi mon médaillon... s’il vous plaît...

Le lieutenant vit sa lèvre supérieur se relever en un rictus méprisant, et il revint sur ses pas.

-Oui, c’est cela, tu ne veux pas un poulet frites, une douche chaude et un lit, pendant qu’on y est ?

Sans état d’âme, il lui balança un coup de pied qui l’envoya voler dans la pièce, et quitta les lieux en refermant derrière lui.
Il faudrait qu’il pense à désinfecter ses chaussures...

Première chose à faire ; ranger ce médaillon. Le lieu le plus sûr aurait définitivement été de le confier à Lily-Rose, mais sa soeur manquait toujours à l’appel.
Il monta prendre deux douches, dont une de décontamination, puis monta dans son bureau. Il sortit d’un caisse un petit coffre en acier trempé, doublure en titane, et l’ouvrit. Dedans, un coussin en velours, dans lequel il déposa le bijou avec précaution.
Ces coffres étaient parmi ce qu’il se faisait de mieux. Pour l’ouvrir, il fallait limite lui couper un doigt et lui arracher les yeux, pour les scanners digitaux et rétiniens. Puis il rangea la boîte dans son armoire. Il l’emmènerait chez lui quand il rentrerait, dans la soirée.

Il s’assit à son bureau et se fit un café, mettant de l’ordre dans ses dossiers urgents. Soudain, une idée lui traversa la tête, et il décrocha son téléphone holographique.
Il appela aussitôt Destark, le vieux du conseil qui lui donnait toujours les signatures dont il avait besoin sans trop discuter.
En même temps, vu comme il était vieux, ce gros crouton, Ethan n’était même pas sûr qu’il soit encore capable de comprendre ce que la stratège lui voulait.

-Sire Destark ? Ici Campbell.
-Ouiii ? fit la voix grinçante du vieux à l’autre bout du fil.
-La machine prévue pour l'exécution du capitaine Albator, l’année dernière, on l’a gardée ?

***

Il s’était de nouveau changé, de nouveau en combinaison d’interrogatoire. Son arme a feu désormais inutile, deux gardes entrent à sa suite, et le jeune homme leur pointe la prisonnière.

-Amenez-là moi en face.

Il sortit devant eux pour leur tenir la porte. En face, il avait fait installer la fameuse machine... et un fauteuil.
En s'installant confortablement, il attendit que la prisonnière, encadrée solidement, pose son regard sur la machine avant de prendre la parole.

-Ça te dit quelque chose ? C’est la pompe à matière noire la plus puissante que nous ayons jamais conçue. Le souci, c’est que La Terre ne rentre pas dedans... Alors que toi... Si tu ne veux pas nous aider, au moins, tu auras cette utilité. Combien de matière noire ça peut contenir, un Nibelungen, à ton avis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stellya
Mousse
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 38
Localisation : SUR LE QUEEN NATACHA

Feuille de personnage
Camp: pirate
Rôle au sein du vaisseau:
Ambition: retrouve ma planète et ma famille et ce de ma race

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Ven 30 Mai - 11:58

ont me sorti de ma cellule bien je boite car ma blessure a la jambe ne ses pas referme totalement , ont me conduit devant une machine qui me fit pas niquer . je me mis a me débattre entre les main de mes bourreau je refuse qu'on installe sur cette machine , mais voilà on me pousse dedans je suis totalement panique et je voie la porte de la machine se referme sur moi . je le voie avec un souris carnassier qui en dis long de se qui vas m'arrive ,

je regarde la personne en charge de la machine qui et près a la mettre en marche . je me m'est a frappe la vitre avec mes si peut de force qui me reste , et voilà que l'homme qui était installer dans un fauteuil fait signe a l'autre personne qui mais la machine en route . je les regarde avec un regard qui les supplie car je ne veux pas mourir ainsi , moi qui me sente déjà si faible la je m'écroula sur la sol de la machine qui me retire se que mon corps posé-de . je me sans mourir je ne peut plus bouger

-arrête

ma voie et très faible je plaque ma main sur la vitre ma vue deviens floue , et voilà que cette personne se lève de sont fauteuil et viens vers moi . je n'arrive plus a me relever de par terre je le voie rigoler de mon sort , je voudrais que quelqu'un vienne a mon secours car j'allais y reste . quand d'un la machine s'arrête net je n'est plus de force pour relever ma tête pour regarde c'est personne qui me fond souffris , et j'entend la porte de la machine s'ouvris et une main m'attrape avec violence pour me soulever de par terre .

je reconnais la main de cette personne qui elle a du dégoût pour moi , et le voilà qui me donne une gifle qui re-ouvre ma blessure que je porte a mon visage . puis il me lâche brutalement par terre puis il me roue de coup qui ré-ouvre mes blessure , je souffre tellement le martyr que je voudrais que mon calvaire s'arrête mais voilà cette homme continu a me frappe . est le voilà qu'il s'arrête enfin de me frappe , et voilà que mes bourreau me soulève de par terre pour que je regarde cette homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espace-the-harlock.forums-rpg.com/
Ethan Campbell
Stratège
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 25/02/2014

Feuille de personnage
Camp: Du bon côté, assurément
Rôle au sein du vaisseau: beau gosse absolu
Ambition: Immense !

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Ven 30 Mai - 16:07

La vieille machine grinça un peu en se remettant en marche, ce qui était plutôt logique puisqu’elle avait pris la poussière dans un hangar pendant un an. Mais très vite, les connecteurs reprirent une teinte lumineuse caractéristique, et un voyant s’alluma, signe que la pompe tournait.

Cette célèbre machine avait reçu de nombreux prix, dont une décoration d’honneur pour le chef de l’équipe à son origine, Angel Moore.
Ethel avait été citée en tant que personne ressource généticienne, et avait beaucoup travaillé sur la manière dont la matière noire infectait chacune des cellules.
Ethan avait fait disparaître son nom des listes. Il ne voulait pas que sa soeur soit connue.

La matière noire était à la fois l’enzyme, l’ADN, et la protéine. Une curieuse matière aux pouvoirs inconnus. Elle était l’enzyme qui pénétrait les cellules. l’ADN de la créature infectée se trouvait alors modifié, et se retrouvait à produire des protéines de matière noire. Un concept difficilement assimilable pour un humain.

Un ronflement tranquille montrait que la pompe tournait, drôle de contraste avec la fille qui hurlait à l’intérieur. Ethan ne se préoccupait pas d’elle, et observait le curseur de la pompe grimper. Avec un mètre cube en dix minutes, c’était plus qu’ils n’avaient pu en tirer que par leur forages sur Terre en un an. Impressionnant.

-C’est assez, lança-t-il. On va avoir besoin de faire des réglages, de toute façon.

La porte s’ouvrit, et en entendant parler la Nibelungen, le stratège bondit sur ses pieds, et l’attrapa par le cou pour la jeter par Terre.

-je t’interdis me me tutoyer, chose !

Il la gifla avec violence avant de la rouer de coup de pieds. Comment cet être insignifiant pouvait-elle s’accorder le luxe de le tutoyer, lui ?
Il arrêta un nouveau coup, se ravisant. Il avait encore besoin d’elle. Se retournant vers la machine éteinte, il soupira.

-Quel dommage qu’on ne puisse pas conserver toute cette matière noire tu tu libères, pas vrai ?

C’était le propre de ce matériau inhabituel. Rien ne pouvait le contenir, et ce n’était pas faute d’avoir essayé. Seuls les générateurs des Nibelungen (et encore, tous ayant été détruits, Ethan songeait à une légende) et les matières organiques pouvaient la conserver.
Les deux hommes qui l’aidaient relevèrent Stellya, et Ethan la regarda fixement.

-Si tu coopérais, ce serait beaucoup moins douloureux, je peux te l’assurer. Non ? Tu t’accroches à ce qu’il te reste de fierté ?

Puis, se redressant pour s’adresser à ses assistants.

-Il faudrait prévoir de quoi l’attacher dans la machine, j’ai peur qu’elle abime le dispositif, à force de bouger comme ça. Et aller me chercher... Tiens, un chat, un lapin, un poisson et un oiseau. Je voudrais voir si on ne peut pas stocker la matière noire en eux, au lieu qu’elle se dissipe dans l’air.


[Je suis partie dans un gros délire sur la matière noire et son mode de fonctionnement, c'est mon côté S-SVT qui ressort, on peut modifier bien entendu !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stellya
Mousse
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 38
Localisation : SUR LE QUEEN NATACHA

Feuille de personnage
Camp: pirate
Rôle au sein du vaisseau:
Ambition: retrouve ma planète et ma famille et ce de ma race

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Ven 30 Mai - 16:40

on me rejette dans ma cellule avec une t'elle violence que j'attéri contre le mur de ma cellule , j'ai mal dans tout mon corps je ne pourrai dire si j'ai mes os de briser . je les regarde referme la porte de ma cellule en me laissant seul , je suis plus que fragiliser que je n'est même pas la force de rampe ou de bouger . quand a mon uniforme de prisonnière il et devenu tout rouge a causse de mes blessure qui elle sont ré-ouverte , je ferme mes yeux pour pense a autre chose mais rien affaire je ny arrive pas . est voilà que je mes a tremble que faire est ce que je dois vraiment l'aide ou pas car pour moi se sont mes ennemie ,

je n'arrive même pas a m'endormir tellement que je souffre . est le lendemain rebelote je suis ressorti par mes bourreau avec une t'elle violence que je me cogne contre la machine , et me revoilà en train de me débattre entre leur main

-je vous en suplie arrête pas sa

mais voilà mes parole reste sourde , et ont m'attache avec des chaîne dans la machine . est voilà que la porte se ferme très vite et la machine se mais en route , plus que je perd ma matière noir plus je deviens encore plus fragile aux point que je sent que je vais mourir . je hurle de douleur car ses très douleur , et je fini par perdre connaissance

-assistant : monsieur ethan si on continu elle vas mourir d'une minute a l'autre

je peut image le regard de cette homme , mais voilà je continu a souffrir et la machine s'arrête enfin . est ont me détache enfin je tombe aux sol lourdement , et je suis re-soulever brutalement du sol par mes bourreau pour refaire face a l'autre homme qui lui continu a me fixer durement et dégoût . je le regarde faiblement mon teint doit être horrible avoir ,

-j'ai très faim

est voilà que mes bourreau rigole ainsi que l'autre homme , je sans mes jambe tremble ainsi que tout mon corps . est voilà que mes bourreau me lâche et je retombe par terre , je leva ma tête et je vis sur une table une bouteille de vins alors je me mis a rampe vers cette bouteuil mais je fut très vite arrête avec brutalité

( ni modifie rien j'adore tu pourrai être encore plus sadique et violent )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espace-the-harlock.forums-rpg.com/
Ethan Campbell
Stratège
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 25/02/2014

Feuille de personnage
Camp: Du bon côté, assurément
Rôle au sein du vaisseau: beau gosse absolu
Ambition: Immense !

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Sam 31 Mai - 10:58

Ethan passa la nuit dans une navette privée à acheminer le pendentif volé dans sa collection personnelle, dans la villa qu’il possédait dans une vallée boisée articficielle. Un des lieux les plus sûrs de la ville.
Et puis, trouver un coffre si petit n’était de toute manière pas une partie de plaisir. Il le rangea dans sa cave, sous clé. Il le ferait expertiser plus tard.

Sur le chemin du retour, il étudia son bilan de la journée, réfléchit à ses découvertes sur la matière noire, et rédigea un premier rapport pour le conseil. Si ses expériences aboutissaient, il était pratiquement sûr de décrocher la promotion qu’il souhaitait. En plus bien sûr de ridiculiser Jeel, qui travaillait sur le même dossier, mais n’avait pas eu l’autorisation d’accéder à la Nibelungen.

Simple. Ethan avait fait circuler un faux rapport médical indiquant que Jeel était atteint d’une maladie contagieuse, et n’avait en conséquent pas le droit d’approcher des espèces alien potentiellement sensibles.
Son certificat prenait fait dans une semaine, mais Ethan aurait tué la prisonnière d’ici là, de toute façon. Il n’en aurait plus besoin.

Après une courte nuit passée dans son bureau (Red squattait toujours le lit du bas), le lieutenant revint dans la salle d'expérimentation. Elle avait été aménagée pour lui, à sa grande satisfaction. La grande boîte en métal contenait à présent des chaînes, et à la sortie, on avait posé des cages. Le long des murs, plusieurs animaux avaient été posés à sa disposition.

Il envoya chercher la Nibelungen, et la fit attacher dans la boîte malgré ses supplications. Puis il fit placer un poisson devant la sortie pour sa première expérience.
Pendant la minute complète où il fit tourner la machine, il ne se passa strictement rien. Il fit ôter le poisson, concluant que la matière noire ne se propageait pas dans l’eau.
Il poursuivit l’expérience avec un chat, et cette fois-ci, ce sut beaucoup plus concluant.

Des taches noires apparurent sur la fourrure blanche de l’animal qui miaulait de douleur, apparemment n’appréciant pas.

- Monsieur Ethan si on continue elle va mourir d'une minute a l'autre.
-Lieutenant Campbell, je vous prie, asséna Ethan qui se moquait pas mal de la Nibelungen, au contraire de son titre. Faites-là sortir, j’ai ce que je voulais, de toute façon.

Il prie dans ses mains le chat, et le plaça à l’inverse dans la machine libérée, avec ordre de la faire tourner jusqu’à la mort de l’animal.
Il se tourna vers la Nibelungen, qui rampait misérablement jusqu’à la bouteille de vin posée sur la table.
Il la rattrapa aussitôt, et lui marcha dessus sans scrupules. Il se servit un léger verre de vin, et le vida sous ses yeux.

-Le chat est mort, monsieur, annonça un des assistants.
-Fantastique. Quel rendement ?
-On mesure un centimètre cube. C’est un million de fois moins qu’avec la fille.
-On recommence, lança-t-il. On va faire avec les lapins. Mettez-m’en moi quatre sous le tuyau.

Il se pencha vers la fille au sol, et attrapa ses cheveux avec brutalité, lui tordant la tête en arrière. Profitant de son gémissement, il lui versa de force trois gorgées de vin dans la gorge.

-T’as de la chance, j’ai encore besoin de toi, et il faudrait que tu resynthétise un peu si tu veux être efficace...

Il grimaça de dégout.

-Il y a du sang partout, c’est dégoûtant. Je n’aime pas travailler comme ça, à la prochaine session, vous me la mettez sous une douche glacée et changez sa tenue.

Il se rassit sans son fauteuil.

-Alors, voyons voir avec les lapins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stellya
Mousse
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 38
Localisation : SUR LE QUEEN NATACHA

Feuille de personnage
Camp: pirate
Rôle au sein du vaisseau:
Ambition: retrouve ma planète et ma famille et ce de ma race

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Sam 31 Mai - 11:29

j'ai hue le droits a quelque goûte de vins mais pas asse pour me remettre sur mes pied , j'avais du dégoût pour se qu'il me faisait subir et a ses pauvre animaux qui n'avais rien demande . est le voilà qu'il m'attrape par mes cheveux et je suis repousse et attache une fois de plus dans la machine , ou la porte se referme sur moi . je ferma mes yeux et la machine se remet en marche , je n'est plus la forme de crie que je perd totalement connaissance , quand a mon rythme cardiaque il doit s'emballer a la panique de mes bourreau qui sont sans scrupule avec moi . je dois vivre et non mourir alors je m’accroche a se qui me reste ,

et les heure passe lentement quand je fut enfin libérais de cette maudit machine qui me retire a petit feu se qui me reste de vie . jusqu'à quand mon calvaire vas t'il continu , quand a mes bourreau il me traine dans ma cellule ou je suis laisse comme un simple déchet qui agonise en silence . je me mais a rêve de ma planète et a mon enfance et voilà que je chante d'une voie très faible des chant traditionnel , en oublient mes douleur et ma souffrance . est le lendemain ont viens me chercher ou je suis traine sous une douche glacial se qui me fit tremble et voilà que j'ai un choc thermique je ne bouge plus ma respiration et ralenti a un point t'elle que je ne suis plus bonne a rien pour l’instant ,

mes golier mon changer de tenu car même inconsciente j'avais senti leur main me changer pour une tenu tout propre . est les voilà qu'il me jette dans ma cellule ou je me rétablie lentement . " pitier que quelqu'un vienne me sauver de cette enfer " voilà a quoi je pense seul dans ma cellule , et dans l'âpres midi je revoie mes bourreau m'attrape toujours brutalement et il me conduise devant cette homme que je hait de tout mon âme . je le voie sortir d'une boite mon médaillon qui lui réagie a ma présence ,

je voie la tête de mes bourreau et celui de l'autre homme qui comprend enfin le pouvoir de mon médaillon qui ma redonne un peut de force . est le voilà qu'il s'approche de moi et qu'il m'attrape par mon col aux point de m'étrangle

-rende le moi

ma voie et faible et le voilà qu'il souris sadiquement , je me demande se qu'il me réserve surement une fois de plus cette maudit machine . mais je ne veux toujours pas les aide pour cette matière noir , il et de plus en plus énerver contre moi a causse de mon refus qu'il fond surement me faire mourir très très lentement

-vous êtes que des monstre

je les regarde pour voir se qu'il s'aller me dire ou me faire , et voilà que je me pris un violent coup de poing dans le ventre se qui me coupa mon si peut de souffle . quand a moi je me doute pas qu'un vaisseau pirate arrive dans ma direction pour me sauver mais voilà il et pas encore arrive car il et encore très loin dans l'espace , mais pour l'heure je regarde cette homme avec fierté et dégoût se qui l'énerva encore plus .  est le voilà qu'il me jette contre le mur avec brutalité et qu'il m'attache ,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espace-the-harlock.forums-rpg.com/
Ethan Campbell
Stratège
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 25/02/2014

Feuille de personnage
Camp: Du bon côté, assurément
Rôle au sein du vaisseau: beau gosse absolu
Ambition: Immense !

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Dim 1 Juin - 9:57

Ethan avait fini par carrément faire aménager la cellule. Il en avait un peu assez de passer ses journées et ses nuits dans une boîte en béton pleine de sang avec une Nibelungen à moitié morte.
Outre la machine, qui prenait tout de même un bon quart de la cellule, il s’était fait installer des fauteuils, un bureau, une armoire, un tapis, la clim’, une table et de quoi manger.
Il avait viré ses deux assistants, et mandaté un assassin pour les tuer. Ils en avaient beaucoup trop vu. À la place, il en avait engagé deux, un homme et une femme, en qui il avait davantage confiance.

Le type était une armoire à glace, muet comme une tombe, et parfait pour manipuler la prisonnière sans état d’âme. Juste ce qu’il lui demandait.
Il le ferait peut-être exécuter quand même, juste au cas où. Même si ça l’embêtait un peu de sacrifier juste comme ça un vétéran du service de corps à corps pour un interrogatoire d’ordure.
Après tout, c’était un brave type qui faisait bien son boulot. Ethan haussa les épaules ; il aviserait.
La fille était une laborantine du quartier d’Ethel, un peu jeune et sans expérience, mais de confiance. La jeune femme lui avait déplacé toute la ménagerie dont il avait besoin, et cette fois-ci, les animaux avaient été déplacés avec les appareils nécessaires pour les mesures qu’il souhaitait faire.

Il était très satisfait du résultat. Au final, même si la Nibelungen refusait de coopérer, elle se serait révélée bien utile.

-Va me chercher la prisonnière, ordonna-t-il à son garde. Douche-là et compagnie, je voudrais préparer la salle.

Pris par un étrange instinct, il était retourné chercher cette fois-ci le médaillon. Le coffre était placé, ouvert, sur sa table, et le bijou pendait, attaché à sa ceinture.

-Louise, tu m’as fait un point sur les résultats d’hier ?
-Oui Lieutenant, comme vous me l’aviez demandé, lieutenant.
-Alors ?
-On obtient un rendement de un sur un million pour le chat, un sur cent mille pour les corbeaux, un sur un milliard sur le labrador.

Ils avaient eu l’occasion de tester avec de nombreux animaux la veille, et la conclusion était que plus l’animal était petit, mieux ça marchait.
Ils avaient donc placé des souris, qui étaient toutes mortes sur le coup. Sans doute trop petit.

-On va tenter avec des lapins nain, lança Ethan, le nez plongé dans ses fiches. Des chatons, aussi.
-J’ai pris uniquement des animaux blancs, lieutenant, car j’ai lu dans cos conclusion que la couleur du pelage n’influençait pas le rendement. En revanche, vu que les animaux blancs virent au noir, on peut suivre la contamination.
-Bonne initiative.

La porte s’ouvrit sur le garde, tenant la fille par la nuque malgré ses protestations. Aussitôt, à la ceinture, le pendentif se mit à luire légèrement, faisant briller les yeux du stratège.

-Tiens tiens, mais alors, ce n’est pas qu’un simple bijou ? Intéressant...

Il la vois se redresser.

-Lieutenant ? tenta Louise.
-Oui ?
-Je pense que ça doit agir comme... un catalyseur.
-Précise ? grimaça Ethan qui préférait ne pas avoir à avouer qu’il n’y connaissait strictement rien en chimie ou en biologie.
-Ça stimule la synthèse de matière noire par ses cellules.

Très intéressé, Ethan fit se balancer le collier luisant devant les yeux de l’autre vermine.

-Alors comme ça, tu le voudrais, hein ?

Il éclata d’un rire sadique, et le remit dans sa poche.

-Dommage ! Bon assez ri, on va passer aux choses sérieuses. Je voudrais savoir si certaines cellules de son corps contiennent plus de matière noire que d’autres, et on va faire pareil. Met-moi deux lapins sous la lampe, je te prie.

Louise s'exécuta, et lui pendant ce temps attacha de nouveau la Nibelungen dans la machine. Il avait cette fois ci fait rajouter des électrodes, sortes de longues tiges en métal fines. Il cloua la première dans sa main, pour tester les cellules de la peau. Sans état d’âme, il enfonça la deuxième au niveau du coeur, insensible à ses plaintes et gémissements.
Enfin, il plaça la dernière dans l’artère de son cou, afin de mesurer le taux dans le sang. Les électrodes allaient sans doute provoquer des hémorragie, mais rien de mortel sur l’instant.

Il sauta de la machine, et la mit en route avec un pompage plus lent. Il espérait pouvoir lui soutirer deux ou trois mètres cubes avant de devoir arrêter pour qu’elle reste en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stellya
Mousse
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 38
Localisation : SUR LE QUEEN NATACHA

Feuille de personnage
Camp: pirate
Rôle au sein du vaisseau:
Ambition: retrouve ma planète et ma famille et ce de ma race

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Dim 1 Juin - 11:15

est une fois de plus je me retrouver dans cette maudit machine des électrodes sur tout le corps , bien sur ses électrode me fond souffrir encore plus que la machine . est voilà que la cette satane machine se remet en route se qui me fit hurler en plus des électrode et voilà que je perd connaissance , et voilà que je me sent tombe sur le sol je ne bouge plus ma respiration et a peine visible cette fois ses surement la fin . ma vue et très faible car je ne voie que des ombre flou , quand je sent l'énergie de mon médaillon me parcourir le corps se qui me redonne un peut de force . mais voilà ses pas asse pour me soigne totalement mes blessure ,

je tend ma main vers mon médaillon

-rende moi mon médaillon piter

je voie le visage de cette homme se penche sur moi en rigolant avec sont souris sadique qui en dis long , ma voie et plus que faible . tout mon corps et faible , et voilà que je mi debout avec brutalité par mon nouveau bourreau . je regarde ses pauvre animaux qui eux sont mort a causse de la matière noir que mon corps dégage , quand a mon uniforme il tache de sang tout mon corps tremble . " pourvu qu'il ne le brise pas " voilà a quoi je pense mais je ses aussi que ma pense a était entendu par cette homme car je le voie jouer avec tout en rigolant ,

-piter rende le moi

pour tout réponse je me pris un violent coup de poing en plein visage . est je fut rejette dans ma cellule combien de temps j'allais subir ses torture qui me fond souffrir et me tue a petit feu , mais je dois m'accrocher je dois vivre pour se de ma race . je tremble de tout mon corps j'ai mal , 3 jours passe sans que je ne puis bouger je reprenne a peine des force que je fut une fois de plus sorti de ma cellule mais cette fois si je ne fut pas pousse dans la machine mais sur un fauteuil avec une machine a coter . est je fit mon bourreau m'attache avec des sangle en cuire et voilà que des menotte apparais et se referme sur mes poignet ,

-NON ARRÊTE PAR PITER JE VOUS EN SUPPLIE

je tente de me débattre mais rien affaire je suis trop solidement attache , et je voie l'autre homme se lever de sont fauteuil et venir vers la machine qui se trouve a coter de moi et je le voie mettre mon médaillon dans une petite machine en vers . est voilà qu'ont me plante des aiguille et des électrode , puis je le voie placer les petit chaton qui eux sont a peine vivant dans une cellule qui se trouve a coter de mon cristaux . est le voilà qu'il mais la machine en route et bien sur je réagis a la machine et ma cristal , je hurle car la machine me fait très mal . mais je peut voie que les petit chaton eux reprenne leur force
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espace-the-harlock.forums-rpg.com/
Ethan Campbell
Stratège
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 25/02/2014

Feuille de personnage
Camp: Du bon côté, assurément
Rôle au sein du vaisseau: beau gosse absolu
Ambition: Immense !

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Dim 1 Juin - 20:03

-Elle s’est encore évanouie, l’informa Louise d’un ton parfaitement neutre.

Ethan était ravi de voir que son assistante ne semblait pas éprouver d’empathie démesurée pour l’alien, ce qui était en somme pas mal, vu qu’il ne se serait pas vu gérer une gamine éplorée en plus du tas d’immondices.
Sans aucun mot, Ethan coupa la machine, laissant la... chose inerte à l’intérieur, bien plus préoccupé par la santé de ses animaux, terriens après tout, que d’une loque verte, même aux portes de la mort. Cela faisait déjà trois longues heures qu’ils pompaient, et ça marchait franchement plutôt bien.
Enfin, de mieux en mieux.
Ils n’avaient eu que 80% de morts sur les lapins nains, et... quasiment cent sur les chatons, si on comptait celui qui était probablement encore en vie mais plus pour longtemps.

-On va pouvoir arrêter avec cette machine, nota Ethan, elle ne nous servira plus à grand chose. On a ce qu’on voulait, de toute façon. Essaie de sauver ces deux-là.

Il lui tendit l’espèce de serpillière grisâtre qui avait remplacé le chaton blanc plein d’énergie. Lui se pencha plutôt sur la cage des lapins nains, satisfait. Les lagomorphes avaient l’air de mieux supporter l’exposition, dans le sens où il restait tout de même quatre vivants sur les vingt entassés dans la cage initiale, dont l’un n’avait même pas l’air trop mal en point.
Ethan attrapa par la peau du cou le plus piteux des quatre, et le tendit à sa scientifique.

-On sacrifie celui-ci, scanne-le pour savoir quel est le pourcentage de cellules touchées.

La jeune femme plongea aussitôt sur ses microscopes. Le stratège lui daigna enfin ouvrir la machine. La Nibelungen pendait misérablement au mur, et il fit sauter ses liens d’un mouvement sec sur le bouton de commande. La laissant s’écrouler sur le sol comme une poupée de chiffon, il saisit le cristal entre ses doigt et l’approcha de son visage, jusqu’à la voir tressaillir. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, il le replongea dans sa poche, et laissa son garde la relever avec brutalité.
Les yeux que l’extra-terrestre posait sur son médaillon chaque fois qu’il le sortait avait quelque chose de pitoyable. On aurait dit qu’elle tenait à cette bricole plus encore qu’à sa propre vie. En riant, Ethan le fit sauter dans sa main. Il avait «omis» de citer le bijou dans la première version du rapport qu’il avait préparé la veille, et était bien content d’avoir un coup d’avance sur ses concurrents.
Aux légers mouvements de ses lèvres, il devina qu’elle essayait de dire quelque chose, et il fit signe au garde lui décocher un direct du droit pour lui remettre la mâchait en place. Un craquement sinistre retentit, tandis qu’elle tentait toujours d’articuler, piteusement, la même chose.

-Je ne connais pas de «Peter», moisissure. Enfin si, on a un amiral de ce nom là, mais il n’a rien à faire dans la conversation. Si c’est de pitié que tu parles, alors commence par apprendre à parler correctement notre langue, et on en reparle.

Il la fit enfermer sans plus se préoccuper d’elle. Il avait une machine à commander.

***

La cellule allait finir par ressembler à une chambre d’hôtel. Ethan avait profité du week-end pour la repeindre, et avait même, par fantaisie, laissé Louise choisir les couleur. Quatre nuances de rose s’étendaient sur les murs, ce qui faisait un peu niais certes, mais le côté contraste avec le sang qui jonchait le sol avait un côté sadique très sympa.

Un frigo était branché dans le coin opposé aux outils de torture, juste à côté de l’armoire, et il avait mis une machine à café dessus.
Non, parce que ses nuits commençaient à se faire longues.
Il avait également reçu le fauteuil avec les liens, et la catalyseur du cristal. Certes, il fallait la présence de l’alien pour qu’il fonctionne, mais peut-être pouvait-il agir sur des animaux ?

Malgré les cris de douleur incessant de la Nibelungen, il la fit lier sur le fauteuil et serra ses liens, déposant un des deux seuls derniers chatons encore en vie sous le faisceau du cristal.
Et comme l’autre... truc, là, continuait d’appeler «Piter» et qu’il en avait assez de l’entendre hurler, il lui enfonça avec une violence presque exagérée une chiffon dans la bouche, histoire de la faire taire.

À peine la machine en marche, l’un des composants se mit à fumer, apparemment brûlé, et la chaton hurla de douleur. En jurant, Ethan coupa le contact.

-Il est mort, grimaça Louise. Mauvais réglage.
-Essaie de mieux t’y prendre que ça, on a pas des animaux à volonté !

Agacé par cet échec, Ethan passa ses nerfs sur l’alien plutôt que la scientifique en lui balançant une claque gratuite.

-On la refait, avec un des trois lapins. Doucement.

La petite boule de poil n’en menait pas large. Une fièvre monstre, des tâches noires disparates sur le pelage, agitée de spasme.
Ethan l’attacha sous la lampe, et remit le dispositif en marche, plus lentement.

Sous ses yeux brillants, il vit l’animal se redresser petit-à-petit, cesser de trembler, se dresser sur ses pattes de nouveau. Un prodige.
Soudain, tous s’éteignis. La Nibelungen tremblait et semblait sur le point de perdre connaissance.

Furieux de la voir compromettre le résultat, Ethan s’avança vers elle, et lui plaqua un couteau sous la gorge.

-Écoute-moi bien, toi. je me moque que tu crie, que tu gémisses, que tu hurles, je me moque pas mal que tu souffres. Mais là tout de suite, si tu tombes encore dans les pommes, tu me pourris mes plans. Et comme tu me met très en colère, et qu’après tout ce temps, tu ne me sers plus à grand chose, je t’égorge, compris ? Alors tu fais un effort, et tu restes éveillée jusqu’à ce qu’on ait fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stellya
Mousse
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 38
Localisation : SUR LE QUEEN NATACHA

Feuille de personnage
Camp: pirate
Rôle au sein du vaisseau:
Ambition: retrouve ma planète et ma famille et ce de ma race

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Dim 1 Juin - 20:50

il voulais que je reste consciente , plus facile qu'à faire . je le regarde sans dire un mot j'en peux plus je voudrais qu'ont me laisse tranquille aux lieu de me torturais , et le voilà qu'il remet la machine en route mais cette fois avec le chaton mort bien évidemment je me remet a hurler de douleur . est miracle le chaton et en train de revivre , t'elle était mon pouvoir et celui du cristaux . est je voie du coins de l'oeil le chaton s'enfuir

-j'en peux plus laisse moi tranquille bande d'ordure

malgré que je ma faiblesse extrême j'avais réussi a leur dire ses quelque mot avant de perdre connaissance , quand a cette homme il me laisse attacher sur ce fauteuil relier a la machine . est ses quelque minute âpres que je reprend connaissance , je regarde la pièce je suis tout seul pour l’instant . quand aux menotte de métal il sont ouvert . alors je tente de me défaire de ses maudit sangle avec le peut de force , bien sur je me blesse aux passage mais je suis libre enfin . je me lève du fauteuil mais voilà mes jambe tremble et je tombe par terre , je rampe jusquà mon médaillon que je prend dans mes main .

est je sent en moi tout son énergie qui elle me soigne , je me mais debout et je marche vers la porte pour m'enfuir de la . mais voilà que la porte s'ouvres brutalement que je me la reçoit de plein fouet que j'en tombe par terre , je voie mes bourreau et l'autre homme qui lui me regarde cruellement . est voilà que je suis attraper violemment par mes cheveux , je tente de protéger mon médaillon . mais voilà rien affaire l'homme en question me le reprend et me regarde , et voilà que je suis rouet de coup pour m'avoir libérais de se fauteuil . est ont me jette dans ma cellule avec brutalité ,

" pourquoi personne ne viens me sauver " je regarde le plafond de ma cellule , et le soir même je suis reconduit devant se maudit fauteuil ou les sangle de cuire ont fait place a du métal .

-NOOOONNNNN LAISSE MOI ARRÊTER

je me reçoit un très violent coup dans les coter et ont m'attache sur ce fauteuil , et je voie de l'autre coter de l'appareille une table ou il y a une personne gravement blesse . quand a moi je suis toujours relier a l'appareille avec ses maudit électrode , mais en plus les sangle de métal sont relier a une petite batterie électrique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espace-the-harlock.forums-rpg.com/
Ethan Campbell
Stratège
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 25/02/2014

Feuille de personnage
Camp: Du bon côté, assurément
Rôle au sein du vaisseau: beau gosse absolu
Ambition: Immense !

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Mar 3 Juin - 17:19

Les yeux du jeune stratège s’écarquillèrent, et il recula d’un pas, choqué. Comment, comment un chaton pourtant mort pouvait-il de nouveau bouger sous ses yeux comme si de rien n’était ?
Il s’adossa au mur, incapable d’en croire ses yeux. Même Louise a côté n’en menait pas large, et elle était généticienne. C’était tout simplement impossible, contraire à toutes les règles établies depuis des millénaires par leur prédécesseurs.

-Jure-moi que ce chaton était mourant, mais encore en vie. Dis-moi qu’on s’est trompés, lâcha-t-il, incapable de bouger.
-Je... je sais pas. J’en sais rien. Je sais plus.

Dans un état second, Ethan ne vit même pas que la Nibelungen s’était réveillée, et libérée de ses sangles. En revanche, il sentit très bien la force qui tira de tout son poids sur le médaillon qui pendait à sa ceinture, et ôta la mousqueton.
Il porta la min à sa hanche, et son premier réflexe fut de frotter sa veste, dégoûté.
Elle l’avait... touché ! Immonde !

Et voilà qu’elle courrait vers le porte, soudain revigorée. Ce médaillon devenait... dangereux ! Le stratège commençait même à se demander s’il ne fallait pas mieux le détruire.
Jurant, il bondit en avant pour rattraper sa captive, mais avant qu’il ne l’ait atteinte, la porte s’ouvrit la volée, et elle se la prit dans le nez.
Ethan sourit. La grosse brute avait trouvé le bon moment pour revenir avec les filtres à café.
Pendant que Louise lui en faisait couler une tasse, Ethan furieux s’approcha de l’alien, et l’attrapa par les cheveux pour ne pas avoir à la toucher encore. Il lui arracha son médaillon une seconde fois, et lui mit un coup de pieds dans les côtes pour lui faire sentir le fond de sa pensée.

-Tu nous quittes déjà ? Mais non, reste, regarde, on s’amuse !

Pour lui prouver ses dires, il la laissa retomber, et la roua de coups de pieds.
Puis il alla tranquillement boire son café et passer un coup de téléphone.

***

-On en est à l’essai combien ? demanda-t-il à Louise, sur un ton presque fatigué.
-Ce serait l’expérience n°15, lieutenant, répondit l’assistante en mettant de l’ordre dans ses fiches.
-Le certificat de Jeel prend fin après-demain soir, il va débarquer dans les cellules pour avoir sa part des infos. Ce sera notre dernière séance. Il faut que demain midi, on ait viré tous les meubles, transféré les animaux en secteur privé, et planqué le médaillon.

En voyant son soldat entrer avec l’extra-terrestre, il ajouta, en cochant sur sa liste :

-Ah, et il faudra qu’elle soit morte, aussi.

En attendant ce charmant programme, il avait prévu pour la matinée la dernière phase de ses hypothèse. Le lieutenant Campbell disposait à présent d’un chaton irradié en pleine santé, ainsi que de lapin nains très bien portants.
Il fallait maintenant qu’il arrive à créer les siens...

Louise sortit du frigo quinze embryons de lapin qu’elle avait préparé dans la journée, a partir des cellules souches de leurs trois lapins nains.

-On va laisser tourner pour vingt-quatre heure, l’informa Ethan, il ne faut pas qu’elle lâche, ce coup-ci, si on veut espérer avoir nos bébés lapins.

Il avait préparé pour ça de multiples électrodes, reliées à un générateur électrique, qu’il lui enfonça sans vergogne sous la peau.
Puis il régla deux ou trois boutons, et fit sauter la télécommande dans sa main.

-Dès qu’elle tourne de l’oeil, on appuie sur le vert.

Il illustra ses propos, faisant sursauter la chose sur la chaise et lui arrachant une légère plainte.

-Vu comment elle s’est refaite avec son médaillon ce matin, elle devrait être au top...

[Faudrait peut-être plus trop tarder à faire intervenir Queen, non ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stellya
Mousse
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 38
Localisation : SUR LE QUEEN NATACHA

Feuille de personnage
Camp: pirate
Rôle au sein du vaisseau:
Ambition: retrouve ma planète et ma famille et ce de ma race

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Mar 3 Juin - 18:10

je continuai a souffrir le calvaire entre les main de mes bourreau , quand d'un coup une a l'alarme raisonna . est se fut une énorme bruit , je vie la porte de la pièce voler en morceau puis des personne en armure rentra dans la pièce avec les arme , et les voilà qu'il détruise la machine qui elle explose . je vie le regarde de cette homme et le voilà qu'il enclenche une fois de plus la batterie se qui me fit hurler devant les yeux de ses personne , quand je fini par perdre connaissance la je ne pourrai vous dire se qui se passe autour de moi . je fini par reprendre conscient aux bout de 7 jours d'âpres ses que les médecin qui se trouver sur se vaisseau ,

je me demande ou je me trouver que je questionna un des membre d'équipage qui était venu me voir . il me dis que je me trouver sur le queen natacha qui était un vaisseau pirate et que je n'avais plus rien a crainde , j'avais même récupérais mon médaillon que je reporte aux tour de mon coup . je demanda a voir le capitaine du vaisseau mais ont me dis que leur capitaine se trouver sur un autre vaisseau et qu'ont retourne voir se vaisseau , je me rétablie très vite j'avais récupérais mes force tout l'équipage était gentille avec moi .

que je me senti bien ici ont m'avais même donne une grande cabine rien que pour moi , mon calvaire était enfin fini . je regarde l'espace a travers le hublot de ma cabine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espace-the-harlock.forums-rpg.com/
Ethan Campbell
Stratège
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 25/02/2014

Feuille de personnage
Camp: Du bon côté, assurément
Rôle au sein du vaisseau: beau gosse absolu
Ambition: Immense !

MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   Mer 4 Juin - 17:48

La mélodie sifflotée courrait dans les couloirs sombres, joyeuse et étrangement contrastée avec les cris d’horreur qui avaient l’habitude d’y résonner.
Le lieutenant redescendait tranquillement avec son paquet de café extra-noir à la main, pressé de savoir si l’expérience était ou non en bonne voie.
Pour le moment, ça s’annonçait très bien. Tout fonctionnait, et grâce aux impulsions électriques fréquentes, l’autre vermine était toujours debout.
Il s’arrêta soudain net. Face à lui, dans le sol, s’ouvrait l’entrée d’un immense tunnel. Il resta devant, bouché bée, son cerveau tournant à toute vitesse.

Qu’est-ce que s’était, une évasion ? Non, la terre était plutôt étalée autour comme si... Quelqu’un placé sous Terre avait fait sauter la dalle de béton à la dynamite.
C’était donc quelqu’un qui était entré, et qui cherchait quelque chose de bien particulier... Le stratège piqua un sprint vers sa salle.
Si c’était un coup tordu d’un concurrent, il fallait vite faire disparaître toutes les preuves avant qu’il ne trouve quelque chose pour le faire chanter ! Tout en courant, le jeune homme ne put s’empêcher d’avoir une pensée admirative pour celui qui avait eu l’idée du tunnel. Il avait déjà vu des intrusions de toutes sortes, mais là, c’était une première, et c’était particulièrement malin.
En entrant dans la pièce, il perdit une seconde à faire le point, afin d’aborder la situation en pleine possession de ses moyens.

Presque tout avait été déménagés. Ils s’étaient juste laissé le frigo pour les sandwich du midi, et bien entendu la machine avec la Nibelungen, qui gémissait toujours en se débattant. Ridicule.
Une masse sombre gisait contre le mur, et à la silhouette, c’était son soldat de corps à corps qui s’était pris des coups.
Son regard parcourut la pièce. Ils étaient quatre, en armure, et armés. Pas étonnant que son garde ait été impuissant, en short avec un couteau suisse.
Louise était recroquevillée contre le frigo, avec l’air de protéger quelque chose. Elle avait probablement remit les embryons au frais, et les protégeais.
Brave petite.
L’un des quatre intrus était penché sur la batterie de la machine, avec l’air incompétent de celui qui ne sait pas quel fil couper.

Au vu de leur uniforme, Ethan fut aussitôt rassuré. Ce n’était pas de la concurrence qui voulait lui voler ses expériences, juste des pirates.
Au contraire, cela pourrait peut-être même être très avantageux.

-C’est toi qui lui à fait ça ? cria l’un des pirates à Louise, qui s'aplatit encore un peu plus contre le mur.
-Non, c’est moi, répondit Ethan calmement, en attirant tous les regards sur lui.

Louise lui jeta un regard plein de reconnaissance, que le stratège ignora. Il se moquait pas mal de la vie de sa scientifique, en revanche, les embryons avaient une importance non négligeable, et il fallait les éloigner du frigo. Il leva sa télécommande.

Rregardez, la preuve !

Enclenchant le bouton, la Nibelungen se trouva soudain paralysée dans un courant douloureux et prolongé qui la fit hurler.

-Arrête ça tout de suite ! hurla la pirate, soudain paniquée.

Ethan sourit, puis visa le couloir, et lança, de toute ses forces.

-Va chercher, murmura-t-il, provocateur.

Un des pirates partit comme un dératé dans le couloir en question, tandis que les trois autres tournaient autour de la machine comme des fous. L’un eu soudain la très mauvaise idée de toucher au cristal encore en marche, et tout se mit à clignoter de manière inquiétante. Tout explosa soudain, l’envoyant au tapis, complètement sonné. La vision brouillée, et l’ouïe anéantie, il se traîna, un filet de sang coulant de ses lèvres, jusqu’à la porte.
Les pirates étaient en armure, et avaient beaucoup mieux encaissé que lui. Le plus costaud des quatre chargea la prisonnière sur ses épaules, tandis qu’un deuxième fouillait les décombres à la recherche du pendentif.
Ethan agrippa la poignée de la porte, et se hissa en tirant de toutes ses forces sur ses bras au supplice, avec une pensée amère pour Lily-Rose qui se moquait toujours de lui en lui disant qu’il était une serpillère en terme d’exercice physique.
D’un poing rageur, il enclencha l’alarme, et se laissa retomber au sol, vidé de ses forces.

Le dernier pirate s’approcha de lui, un couteau en main.

-On le tue ?
-Ouais ! cracha la pirate derrière.
-Vite-fait, alors, ordonna celui ou celle qui commandait les opérations. Faut pas qu’on traîne.

Immédiatement, des bruits de pas et d’ordre brefs se firent entendre par dessus les hurlements de la sirène.

-Tant pis pour lui, on dégage ! ordonna la numéro 4.

Ils partirent en courant, laissant le lieutenant, satisfait, s’évanouir sur le sol.
La machine qu’ils avaient cassé n’était pas l’originelle, celle construite pour Albator, mais celle de soin construite pour le cristal. Les animaux étaient en sécurité, porteur de toute la matière noire qu’il avait pu voler. Louise était en vie et allait pouvoir continuer ses expériences.
Le garde était mort, certes, mais au fond, celui lui évitait d’avoir à le faire tuer.
Les médecins qui le portèrent à l’hôpital passèrent plusieurs secondes à se demander pourquoi un homme qui avait frôlé la mort était tombé dans les pommes avec un si large sourire sur le visage.

***

-Némésis, grogna Ethan. Tu arrête de jouer avec ses feuilles, d’accord.

Le chaton survivant, qui s’était avéré être une femelle, le stratège l’avait nommé en hommage à la Déesse de la vengeance.

-Tu es sûre quelle grandira pas ? soupira-t-il.
-Non, lieutenant, répondit Louise. Je suis formelle, la matière noire stoppe le développement des cellules. Ce sera peut-être différent pour ceux qui auront ce gène de naissance, mais dans le cas de Némésis...
-Je l’embarque, alors, soupira Ethan en attrapant son chaton par la peau du cou. Je vais la mettre chez moi, pour être sûr que personne ne tombe dessus. On sera le transfert avec les lapins nains demain matin.

Dans leur grande cage du laboratoire privé, Pon, Léthé et Lim se disputaient une carotte. Dans un coin de coton, une petite boule rose, encore dépourvue de poil, dormait paisiblement.
Surnommé Niké, déesse de la victoire, la lapine était la première descendante d’une longue lignée de réussite...

Le lieutenant se passa deux doigts sur les tempes, désespérés.
Le plus brillant des stratèges de Gaia était désormais à la tête d’une dynastie de lapin nains maléfiques.
Ça s’annonçait bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parle pour moi, ou je te fais taire à jamais [PV Stellya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Texte qui parle d'un scandale autour du colloque de Montreal VRAI OU FAUX!!!
» Effondrement en Haiti: de la mairie au propriétaire de l'école .
» Il fallait bien qu'on en parle [Livre I - Terminé]
» Idée pour manga?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les voyages de l'Arcadia :: Archives :: Aventures archivées-
Sauter vers: